Diversité en jeu a été imaginé par un comité de professionnels et d’universitaires issus des communautés que le programme vise à encourager. Tous ces individus ont réussi à trouver leur place au sein de la communauté du jeu vidéo au Québec et possèdent une expertise reconnue dans la création de milieux plus accueillants.

Contact: diversite.en.jeu@gmail.com

Hamid Amri est responsable en acquisition de talents au sein des Studios iLLOGIKA, une entreprise québécoise qui donne vie à des jeux vidéo, mais également à des installations interactives ainsi que des projets en réalité virtuelle ou réalité augmentée. Titulaire d’une maîtrise en gestion et administration des affaires spécialisé en ressources humaines, il a occupé plusieurs rôles de gestionnaire en ressources humaines et spécialiste en recrutement. Il est aujourd’hui responsable de toutes les stratégies en acquisition de talents et de la gestion du pôle recrutement au sein des Studios iLLOGIKA.

Dr. Rilla Khaled est professeure agrégée au département Design and Computational Arts de l’Université Concordia, où elle enseigne le design interactif, la création de jeu sérieux et la programmation. Elle a dirigé et agit au sein du comité de gouvernance du groupe TAG (Technoculture, Arts and Games), le centre de recherche en jeu le mieux établi au Canada, au sein du Milieux Institute for Arts, Culture, and Technology. La recherche de Dr. Khaled est consacrée à l’utilisation de technologies interactives pour améliorer la condition humaine, une passion de longue date qui a mené à la réalisation de plusieurs projets incluant des jeux sérieux primés et des collaborations avec les communautés autochtones visant à imaginer des avenirs plus inclusifs à l’aide des technologies contemporaines.

Maize Longboat est un Kanien’kehá:ka des Six Nations de la rivière Grand et a été élevé sur le territoire non cédé de la Nation Sḵwx̱wú7mesh près de Vancouver, C.-B. Il agit à titre de Gérant des relations avec les développeurs chez Unity Technologies et a été au service de Aboriginal Territories in Cyberspace (AbTeC) et de Initiative for Indigenous Futures (IIF) à titre de codirecteur des ateliers Skins, de 2019 à 2021. Il est titulaire d’un diplôme de maîtrise en études des médias de l’Université Concordia. Ses recherches dans le cadre de ce programme lui ont permis d’étudier le développement de jeu vidéo d’une perspective autochtone à travers la production de son propre jeu primé, Terra Nova, un jeu de plateforme coopératif jumelé à un récit interactif.

Eva-Léa Longue est une joueuse décontractée et « backseat gamer » confirmée. En 2019, elle obtient son diplôme en création de jeux vidéo de L’UQAT-Montréal où elle fût introduite aux notions philosophiques de l’éthique, de la rhétorique et de l’esthétique portées sur la création, le contenu et la commercialisation des jeux vidéo. La même année, elle cofonde Lucid Tales, la première coopérative de travailleurs en jeu vidéo du Canada qui contribuera un an plus tard à la fondation de la Fédération des Coopératives de Développeurs de Jeux Vidéo (FWGS). Depuis, Eva veut populariser les principes du système coopératif et encourager la création d’espaces de travail sécuritaires, inclusifs et diversifiés dans le domaine de la création de jeux.

Jess Rowan Marcotte (iel) est um designer et scénariste de jeu Mi’kmaw, queer et Docteur en Philosophie (Critical Interaction Design, Individualized Program, Concordia University 2021). Son travail se concentre sur les expériences interactives de toutes sortes à partir d’une perspective féministe et intersectionnelle. Iel est lia co-responsable principal de Queerness and Games Conference (QGCon) et représente un tiers de Soft Chaos, une coopérative de travail qui crée des expériences interactives intimes et vulnérables.

Gabriel Picard-Roy a étudié le jeu vidéo à l’Université de Montréal. À la maîtrise, il s’intéressait aux processus sociaux qui ont influencé la définition du jeu. Il travaille désormais comme conseiller en sécurité financière et comme représentant en investissement. Ses études en jeu vidéo lui permettent de considérer les finances comme un jeu, avec différents systèmes de règles à maîtriser. Sur le plan personnel, il est sur le spectre de l’autisme. Le diagnostic qu’il a reçu tardivement lui a permis de comprendre les enjeux personnels et interpersonnels qu’il vivait au quotidien et de développer des outils pour les surmonter. Depuis il se donne comme mission de démystifier l’autisme. Sa démarche s’inscrit dans le mouvement de la neurodiversité.

Carl Therrien est professeur agrégé au département d’Histoire de l’art et d’études cinématographiques à l’Université de Montréal. Il a publié en 2019 un premier livre à propos d’une vieille console géniale que tout le monde a déjà oublié (La TurboGrafx-16 / PC Engine) dans la collection Platform Studies de MIT Press. Il a également publié de nombreux articles sur la question de l’immersion et sur l’histoire de genres populaires (comme les jeux d’aventure et jeux de tir à la première personne). En collaboration avec Jonathan Lessard, il a récemment exploré l’histoire de la création indépendante au Québec au tournant des années 1990 (« Indies de province », disponible sur le site du journal Loading…) Ses travaux cherchent à intégrer un plus grand nombre de jeux vidéo au sein des canons étudiés par les historiens, afin de mieux documenter et raconter toute la richesse et la diversité de cette culture.

Gabrielle Trépanier-Jobin est professeure en jeux vidéo à l’École des médias de l’Université du Québec à Montréal (UQAM), docteure en communication et codirectrice du groupe de recherche Homo Ludens sur les pratiques ludiques et la communication en ligne affilié au Laboratoire de recherche en médias socionumériques et ludification de l’UQAM. Dans le cadre de son doctorat à l’UQAM et de son postdoctorat au MIT, Gabrielle s’est intéressée aux représentations des femmes dans les jeux vidéo, à l’identité de genre des joueur.se.s en lien avec leurs avatars, de même qu’à la parodie vidéoludique et autres formes d’appropriations de ce média interactif. Elle mène actuellement une recherche sur la diversité et l’inclusion dans l’indutrie du jeu vidéo québécoise subventionnée par le Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH).

Design graphique du site internet: Charlotte Courtois

Le comité tient à remercier les personnes suivantes pour leur soutien dans l’idéation et la réalisation du projet:

Analays Alvares, Sophie Archambault, Françoise Armand, Dominic Arsenault, Pippin Barr, Camille Baudry, Jocelyn Benoit, Anick Bergeron, Jean-Michel Berthiaume, Marta Boni, Diego Briceño, Émile Brodeur, Christopher Chancey, Emmanuel Château-Dutier, Jordan Chénard, Laureline Chiapello, Stéphane Cosentino, Larissa Christoforo, Abigail Celis, Charlotte Courtois, Joachim Despland, Anais Détolle, Edith Dubé, Élise Dubuc, Matthieu Dugal, Stéphanie Dupuis, Albane Français, Joëlle Gauthier, Nadine Gelly, Émilie Genin, Steve Giasson, Dimitri Girier, Danny Godin, Bruno Guglielminetti, Dyala Hamzah, Alison Harvey, Éléa Gadea, Chloé Gervais, Dany Guay-Bélanger, Dahlia Jiwan, Dania Joseph, Fasal Kanouté, Laurence Labor Palaniaye, Johanne Lamoureux, Fred Laporte, Jonathan Lessard, Loïc Mineau-Murray, Pierre Moisan, Brigitte Monneau, Pascal Nataf, Suzanne Paquet, Armando Perla, Matthieu Perreault, Bernard Perron, Alexia Pinto-Ferretti, Samuel Poirier-Poulin, Jean-Charles Ray, Alexandre Rivet, Yannick Rochat, Laurie Mei Ross-Dionne, Guillaume Roux-Girard, Joëlle Rouleau, Fabienne Sacy, Jacqueline Sultan, Kristine Tanton, Alanna Thain, Pascale Thériault, Jean-Jacques Tremblay, Louise Vigneault, Martin Vinette, Zaira Zarza